Les 4 dates majeures de l’histoire de la vitamine C

Vous souhaitez parfaire votre culture sur la vitamine C ? Nous vous proposons une rétrospective en 4 dates-clés !

1747 – L’expérience de James Lindt

Les premières preuves de l’importance de la vitamine C dans le régime alimentaire humain remontent au XVIIIème siècle. En 1747, James Lindt, médecin de la flotte royale britannique, embarque pour une traversée en mer de plusieurs semaines.

Mais en raison d’une alimentation pauvre en fruits et légumes et des conditions de vie difficiles, plusieurs marins font rapidement l’objet d’un mal bien connu des navigateurs. Saignement, état de fatigue extrême… certains membres de l’équipage sont à l’article de la mort.

Lindt tente alors une expérience : il administre des doses importantes de jus de citron de façon quotidienne aux malades. En quelques jours, l’équipage tout entier est miraculeusement rétabli.

1934 – La découverte scientifique de l’acide ascorbique

Il faut attendre 1914 pour qu’un laboratoire britannique établisse scientifiquement le lien entre une molécule contenue dans certains fruits et légumes et le traitement du scorbut.

Toutefois, ce n’est qu’en 1928 qu’Albert Szent-Györgyi, scientifique hongrois, parvient à isoler « l’acide hexuronique » à partir de restes d’animaux sans pouvoir prouver qu’il s’agit de la vitamine C. L’acide ascorbique sera artificiellement synthétisé pour la première fois en 1934 par Walter Haworth.

1969 – La vitamine C, le cheval de bataille du double Prix Nobel Linus Pauling

Convié à un colloque scientifique à la Mount Sinai Medical School de New York en 1969, Linus Pauling crée la polémique en ventant l’intérêt médical de l’acide ascorbique sur la santé humaine.

Malgré la controverse qu’il suscite, le scientifique américain n’aura de cesse de tester, notamment sur ses propres patients, les vertus potentielles de la vitamine C sur la santé humaine.

2016 – L’omniprésence de la vitamine C

En 2016 la production mondiale de vitamine C a atteint 110 000 tonnes. Elle est omniprésente dans l’industrie agro-alimentaire sous la dénomination d’additif E300 du fait de son potentiel antioxydant et acidifiant.

En parallèle, l’industrie pharmaceutique a fait de ce produit un des best sellers de la période hivernale en proposant la vitamine C sous forme de comprimés et de poudre à diluer.