Nos Articles

Publié le : 07/06/2021

Inflammation du corps : quelles solutions pour y remédier ?

L’article en quelques points clés

L'inflammation est une réaction naturelle et automatique déclenché par notre corps pour se défendre face aux différentes agressions (infections, maladies, blessures, corps étrangers).

On distingue deux types de réactions inflammatoires : l'inflammation aigüe et l'inflammation chronique. Cette dernière est néfaste pour l'organisme et doit donc être contrôlée.

Pour limiter le risque d'inflammation, il est primordial d'améliorer son hygiène de vie, en portant une attention particulière à l'alimentation.

La prise d'acides gras oméga 3, aux propriétés anti-inflammatoires, est particulièrement bénéfique pour se maintenir en bonne santé.

Vous êtes-vous déjà plaint d’une douleur articulaire chronique ? Ressentez-vous de manière assez régulière des douleurs intestinales ou abdominales ? Avez-vous des problèmes de peau ?

Ces différents symptômes reflètent souvent le signe d’une réaction auto-inflammatoire. Il existe de nombreux facteurs qui peuvent induire et augmenter le risque de développer ce type de réactions.

Lesquels sont-ils et comment y remédier ? C’est tout l’objet de cet article !

Qu’appelle-t-on inflammation ?

Avez-vous déjà perçu une rougeur sur votre peau lorsque vous vous étiez peut-être coupé.e ? Une couleur rosée à rouge accompagnée généralement d’un gonflement et d’une sensation de chaleur à cause d’une écharde ? C’est ce que l’on appelle une réaction inflammatoire.

Lorsque ces sensations durent quelques heures, tout est normal ! C'est le signe que votre corps fonctionne parfaitement bien.

Cette réaction est un processus naturel et automatique déclenché par notre organisme pour se défendre et s’auto guérir face à une agression (infections, maladies, blessures, corps étrangers).

Face à ce danger, le corps va monter une armée de soldats pour se protéger. Il va se mettre à produire davantage de globules blancs, de cellules immunitaires et de cytokines pour lutter contre les infections. C’est ce qui engendre les symptômes que je vous ai mentionnés au départ. On appelle ce phénomène : l’inflammation aiguë.

“Intelligent vous allez me dire ? !” Oui bien entendu ! Notre corps est une merveilleuse machine !

Lorsque ce processus perdure durant plusieurs semaines à plusieurs mois, tout devient beaucoup moins drôle. C’est ce que l’on nomme l'inflammation chronique. C’est exactement ce qui se passe avec le stress. Un stress aigu est vital car il permet de nous mettre en mouvement, de prendre la fuite face à un danger, et c’est grâce à lui que l’espèce humaine a pu survivre jusqu’à ce jour. Mais le stress durable devenant chronique n’est absolument pas votre ami !

L’inflammation chronique est comme le stress chronique, il est préférable de s’en passer et de la limiter. Et nous allons vous dire comment.

Comment reconnaître une réaction inflammatoire ?

L'inflammation aigüe

Une telle réaction est remarquable par des rougeurs, un gonflement, une douleur assez vive et intense, une chaleur sur la zone concernée par l’inflammation. Typiquement, c’est ce qui se passe lorsque vous vous faites piquer par un moustique. C’est rouge, ça gratte et ça peut gonfler (selon votre sensibilité).

L'inflammation chronique

Cette réaction est sournoise car elle commence par être silencieuse. Vous voyez cette sandale que vous êtes tellement heureux.se d’enfiler lorsque les beaux jours pointent le bout de leur nez. Cette belle paire de chaussures qui semble vous aller à merveille. Mais après quelques heures de marche, vous commencez à ressentir une petite douleur, tout à fait supportable. Jusqu'à voir apparaître une ampoule qui vous empêchera totalement de marcher.

L'inflammation chronique est silencieuse au départ, elle ne dit rien. C’est bien pour cela que nous continuons dans cette “mauvaise” direction car nous n’en avons pas conscience ! Mais elle s’installe bien confortablement et un jour, elle pointera elle aussi le bout de son nez.

Douleurs abdominales répétitives, problèmes de peau (comme des éruptions cutanées), douleurs de cycles pour la femme, troubles de la vision. Mais aussi diabète, maladies cardiaques, maladies du foie, troubles intestinaux et certains cancers.

Un organisme enflammé c’est le risque de développer des troubles de santé. Ne serait-il pas temps de réduire cette petite flamme avant qu’elle ne brûle ?

D’où vient l'inflammation chronique ?

Des réactions en chaîne, non contrôlées, silencieuses au début puis douloureuses et persistantes par la suite...C’est exactement la définition d’une inflammation chronique.

Une inflammation dite chronique peut durer plusieurs mois voire même plusieurs années si vous ne faîtes rien pour l’empêcher de se développer. Imaginez votre voiture qui roulerait à 130 km/h pendant des jours et des jours sans arrêt. Il est fort probable qu’au départ tout aille bien. Puis vous arrivez sur réserve et en parallèle le voyant du moteur vous indique une surchauffe. Mais vous persistez et vous continuez à rouler. Que se passe-t-il d’après vous ? Votre voiture ne fonctionne pas dans un contexte “normal” pour lequel elle a été conçue. Et c’est la panne assurée ! C’est exactement la même chose avec votre propre machine qu’est votre corps.

Une alimentation inadaptée, une suractivité, des émotions intenses et durables comme un stress chronique ou encore d'éventuelles carences alimentaires sont autant de facteurs qui amèneront votre corps à la surchauffe. Au bout d’un certain temps, une durée variable en fonction des facteurs agresseurs et en fonction de votre état de vitalité, votre organisme risque de lâcher. Les douleurs hier dormantes, sont aujourd’hui réveillées mais encore supportables jusqu’à ce qu’elles deviennent trop intenses pour vivre avec…

Mais restons optimistes ! Nous avons plusieurs solutions à vous proposer à intégrer dans votre quotidien pour améliorer votre hygiène de vie et réduire le risque de développer une inflammation chronique.

Nos 3 conseils pour limiter l'inflammation dans votre corps

Conseil n°1 : Limiter l'alimentation pro-inflammatoire

Elle est constituée de ce que l’on nomme les aliments pro-inflammatoires, c’est-à-dire des aliments qui ont tendance à maintenir la flamme allumée voire à la raviver.

Nous parlons ici :

• des produits laitiers de vache : yaourts, formage blanc, lait et fromages.
• des viandes, surtout les viandes rouges qui perturbent l’équilibre acido-basique du corps en l’acidifiant. Cette acidification des tissus favorise leur inflammation.
• des graisses saturées, transformées et hydrogénées que l’on retrouve dans les aliments transformés et ultra transformés tels que : les pizza, les burgers, les plats préparés, les gâteaux industriels, les chips etc. Également les produits transformés dits “healthy” et “sans gluten”.
• des sucres industriels que l’on retrouve également dans les produits ultra transformés mais également le sucre blanc.

Consommés de manière occasionnelle, ces aliments ne seront pas problématiques. Mais de manière régulière à quotidienne, ils agiront comme de l'alcool que l’on met sur le feu !

Notre solution : pour les éviter, veillez à bien lire la liste des ingrédients en la privilégiant la plus courte possible. Aussi, rappelez-vous que les ingrédients sont classés par ordre décroissant de leur présence. Autrement dit, un produit dont la liste des ingrédients commence par sucre ou huile de palme n’est pas très bon signe...

Conseil n°2 : Opter pour une alimentation anti-inflammatoire

À l’inverse des aliments pro-inflammatoires, ceux-ci vont étouffer la flamme et ainsi limiter les réactions inflammatoires. Voici une petite liste des principaux aliments anti-inflammatoires à consommer régulièrement :

• Consommer des aliments bruts, non transformés et le plus naturels possible.

• Consommer des aliments riches en antioxydants comme : les fruits rouges (mûres, bleuets, myrtilles), les pommes, le thé vert, la betterave, le brocolis, le raisin rouge, les baies de gogies, les épinards, le chou ou encore le céleri. Bref un maximum de fruits et de légumes en somme. Pour augmenter vos portions de légumes frais, vous pouvez tester les jus de légumes, de vraies bombes à vitamines et nutriments qui, au contraire de la viande, vont alcaliniser l’organisme et donc aider à maintenir un équilibre acido-basique optimal. Un verre de jus de légumes frais tous les jours, le geste anti-inflammation par excellence !

• Consommer des aliments riches en oméga 3 pour contrebalancer l’excès d’oméga 6 plus inflammatoire, comme : les noix, les graines de lin, les graines de chia, les petits poissons gras.

• Consommer des huiles végétales vierges de première pression à froid et d’origine biologique riches en oméga 3, comme : l’huile de lin, l’huile de colza, l’huile de noix, l’huile de cameline ou encore l’huile de chanvre. Ces huiles devront être conservées au réfrigérateur et consommées en assaisonnements car les oméga 3 ne résistent ni à la chaleur ni à la lumière. Si vous ne consommez pas de petits poissons gras, vous pouvez consommer 1 à 2 cuillères à soupe par jour de l’une de ces huiles au choix pour faire la part belle aux oméga 3.

• Choisir des céréales semi-complètes ou complètes au lieu de leur version blanche raffinée : farine complète, riz complet ou semi complet, sarrasin, quinoa, seigle, semoule complète, millet, petit épeautre etc.

• Consommer régulièrement des épices comme le curcuma ! C’est une épice indispensable pour réduire les inflammations grâce à son principe actif anti-inflammatoire : la curcumine. Pensez à la coupler à un peu de poivre ou de gingembre pour l’assimiler correctement. Bien plus efficace qu’un ibuprofène ! Nous vous conseillons de tester le lait d’or, une boisson chaude réconfortante réalisée à partir de curcuma qui en fait une boisson gourmande et anti-inflammatoire.

On observe régulièrement un déséquilibre des lipides dans notre alimentation. Très souvent, nos habitudes alimentaires nous amènent à consommer trop d'oméga 6 et au contraire, pas assez d'oméga 3. Il peut parfois être complexe d’en consommer suffisamment surtout lorsque l’on est végétarien.ne ou végétalien.ne.

Pour rétablir cet équilibre, en plus d’ajuster son hygiène alimentaire comme évoquée, il peut être judicieux d’ajouter dans son alimentation une prise de complément naturel riche en oméga 3 sous forme de cure de 3 à 4 semaines dans l’année.

En résumé, pour réduire le risque de développer une réaction inflammatoire chronique, l’équation est relativement simple : limiter la consommation d’aliments pro-inflammatoires et intégrer quotidiennement des aliments anti-inflammatoires dans son alimentation.

Conseil n°3 : Agir sur le stress chronique

Une inflammation chronique induit un stress physiologique dans notre corps. Mais c’est également valable dans l’autre sens. Pourtant, qui d’entre vous ne s’est pas déjà senti débordé ? Envahi ? À broyer du noir ? Épuisé ? Si tel est votre cas, ne passez pas à côté de ce dernier conseil.

Il est bien connu que notre mode de vie actuel est source de stress. Nous vivons de plus en plus dans des environnements pollués, dans des milieux conditionnés par la vitesse et la réactivité avec le fameux “action/réaction” que tout le monde connaît si bien.

Un stress nerveux chronique ravive cette petite flamme qui grandit jour après jour. Voici quelques pistes pour apprendre à mieux accueillir votre stress, vivre vos émotions et ainsi étouffer la flamme de l’inflammation qui sommeille en vous.

Apprendre à se relaxer

• Faire des “stops” dans sa vie : réduire l’utilisation de la célèbre To Do List, bénéfique pour l’organisation mais qui peut aussi avoir ses limites si elle est utilisée de manière excessive…Nous vous conseillons de vous focaliser sur 3 à 4 taches maximum dans votre journée afin de ne pas vous laisser envahir par cette envie de vouloir trop en faire, très culpabilisante.

• Pratiquer une activité physique régulière qui vous fasse plaisir. Pas besoin de courir un marathon tous les jours ! Une mise en mouvement du corps comme le yoga, le pilates, la marche, la natation ou même le jardinage ! 20 à 30 min de mouvement par jour seront déjà très bénéfiques pour votre corps et votre mental.

• Se reconnecter un peu plus avec la nature, et ce, de manière éveillée. La nature a un fort pouvoir cicatrisant sur nous que nous ignorons beaucoup trop.

• Tester la méditation guidée ou seul(e) : 5 à 10 min de méditation par jour vous fera énormément de bien ! Des applications comme 7Mind, Petit Bambou ou encore Meditopia proposent des méditations guidées et des exercices de visualisation très intéressants.

• Respirer vraiment ! Testez la cohérence cardiaque par exemple qui est un excellent outil pour réduire la tension artérielle. Des applications comme RespireLax sont très utiles pour nous guider dans le rythme respiratoire à adopter.

• Réaliser des étirements le soir au coucher ou le matin au lever, dans une ambiance calme et tamisée.

Quelques plantes anti-stress

En aromathérapie, vous avez les huiles essentielles d’Orange douce, de Lavande vraie, le Petit grain de bigarade qui aident à réguler les effets du stress. Vous pouvez les utiliser en diffusion dans votre séjour ou dans votre chambre, 30 min avant votre coucher.

En phytothérapie, quelques plantes à consommer en infusion tout au long de la journée comme : la valériane, la passiflore, le tilleul, les fleurs de lotus, l’aubépine, le laurier, le coquelicot, le millepertuis.

Les plantes et huiles essentielles sont puissantes. N’hésitez pas à vous rapprocher d’un thérapeute (Naturopathe et/ou Aromathérapeute) pour vous aiguiller sur celles à utiliser selon votre cas.

Conclusion

Vous voilà fin prêt.e à reprendre les rênes en mains pour éteindre la flamme de l'inflammation tout en ravivant la flamme de votre cœur. N’hésitez pas à adopter la méthode des petits pas : choisissez seulement quelques actions à mettre en place. Une fois bien ancrées, vous pourrez alors passez à d’autres. Progressivité et patience sont les clés de la pleine santé au naturel.

Alexandra Portail
Naturopathe - Accompagnatrice en santé naturelle
www.hygiene2vie.fr

Nous vous recommandons

Oméga 3 Epax®

Huile de poisson ultra pure concentrée en acides gras essentiels oméga 3 (90% de triglycérides). 800 mg d’EPA et 600 mg de DHA par dose.

Huile de poisson EPAX®

800 mg EPA + 600 mg DHA

Coeur, cerveau & vision

1 mois de cure

Voir la fiche produit

Continuer votre lecture

Nos Articles

Publié le : 25/05/2021

4 compléments alimentaires pour booster son immunité

lire l’article

Nos Articles

Publié le : 03/03/2021

Hypertension artérielle : quels compléments alimentaires choisir ?

lire l’article